Sélectionner une page

Lutte contre le plastique : il va falloir que chacun d’entre nous muscle son jeu

Par Gaël Clouzard

Société
Innovation
Créativité

Lorsque vous pensez à la pollution plastique, vous imaginez peut-être des animaux marins emprisonnés par des sacs plastiques ou bien des bouteilles jonchant le paysage. Pourtant, les conséquences de la pollution plastique vont bien au-delà du produit fini et se manifestent dès les premières étapes de fabrication… Mise en lumière des solutions pour baisser l’intensité de la galaxie plastique…

 

L’industrie du plastique est la source de gaz à effet de serre industriels qui connaît la croissance la plus rapide au monde. Le programme des Nations Unies pour l’environnement estime que les émissions de CO2 provenant de la production, de l’utilisation et de l’élimination des matières plastiques pourraient représenter 19 pour cent du bilan carbone mondial total d’ici 2040. Et oui… Pas 17, pas 18 mais bel et bien 19% M’sieurs Dames !

Goodd a compilé les conseils du programme de développement des Nations Unies sur les questions les plus fréquemment posées sur les matières plastiques et sur le rapport qui lie la pollution plastique à la crise climatique. Au-delà des questions, la rédaction vous amène des réponses pour agir !

 

De quoi sont faites les matières plastiques ?

Les plastiques ne sont pas un matériau distinct, mais plutôt un groupe de matériaux dont les compositions et caractéristiques varient. En effet, il existe des milliers de types de plastiques différents. 

Cependant, environ 99 pour cent des plastiques que nous utilisons aujourd’hui proviennent de combustibles fossiles comme le pétrole, le gaz ou le charbon. La production de plastique est donc profondément liée à la chaîne d’approvisionnement en combustibles fossiles, et de nombreuses sociétés qui les produisent, possèdent, exploitent ou investissent dans des infrastructures de production de plastique.  

Les matières plastiques peuvent également être produites à partir de ressources renouvelables comme le bois, les fibres ou bien les algues, mais cette filière ne représente actuellement qu’une petite fraction de la production mondiale de plastique.  

 

 

Que faut-il faire pour lutter contre la pollution plastique ?

Il existe de nombreuses opportunités pour y parvenir. Pour cela, il s’agit de mettre fin à la production et la consommation de plastique à usage unique, de réduire notre utilisation d’emballages plastiques inutiles, d’encourager la transition vers des communautés zéro-déchets, d’engager la responsabilité élargie des producteurs ainsi que d’inclure le secteur des matières plastiques dans les secteurs ciblés pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre. 

 

Comment agir individuellement ?

Nombreux sont conscients des actions quotidiennes à mener pour réduire leur empreinte plastique individuelle, notamment en privilégiant les gourdes réutilisables pour éviter d’utiliser celles en plastique, en achetant des produits alimentaires et de bien-être dépourvus d’emballage lorsque l’occasion se présente, en soutenant d’autres modèles de durabilité fondés sur le local, la réutilisation et plus encore. 

Toutefois, les actions les plus efficaces que vous pouvez entreprendre pour éliminer la pollution plastique sont les suivantes : 

  • soutenir et plaider pour la mise en place de politiques et de lois qui visent à réduire la production plastique, renforcer le modèle circulaire, améliorer la gestion des déchets et tenir les pollueurs responsables ;
  • soutenir des initiatives qui apportent des solutions efficaces à la réduction de la pollution plastique et exhorter les gouvernements ainsi que les entreprises à agir ;  
  • se faire défenseur(e) de la réduction de la pollution plastique, notamment en incitant les personnes à changer leurs comportements. 

Lors de la cinquième session de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement, 175 nations ont convenu d’entamer des négociations en vue d’un traité des Nations Unies juridiquement contraignant sur la pollution plastique, portant sur l’ensemble du cycle de vie du plastique.  

Cet accord historique pourrait aider à créer la responsabilité et la transparence nécessaires pour transformer la façon dont nous produisons, consommons et éliminons les plastiques. Mais en attendant que cet accord historique soit visible sur le terrain, il va falloir se retrousser les manches pour réduire à titre individuel ou avec son entreprise l’utilisation du plastique

 

Gaël Clouzard

© visuel : Marc Newberry

 

Abonnez-vous à la goodd.letter

Vivons-nous vraiment une “crise climatique” ?

linkedintwitterVivons-nous vraiment une “crise climatique” ?La Une du quotidien Le Monde du 4 janvier 2023 interpelle : « La crise climatique s’impose d’emblée en 2023 ».  La lecture de ce titre fait forcément réagir chez goodd car il met en évidence les effets du...

La crise climatique vue par Voltaire et Montesquieu

linkedintwitterL'urgence climatique vue par Voltaire et MontesquieuPar Thibaut Dauphin Docteur en science politique, Université de BordeauxSociétéInnovationCréativitéQuand on évoque aujourd’hui le dérèglement climatique, deux positions antagonistes apparaissent...

Vous pourriez aimer

Foirer ces études, ça arrive. Mais pas sa culture G !

Foirer ces études, ça arrive. Mais pas sa culture G !

linkedintwitterFoirer ses études, ça arrive. Mais pas sa culture G !« Passe ton bac et après on verra ». Qui n’a pas déjà entendu cette petite musique parentale insistant sur le fait de réussir ces études ? Alors oui, réussir son parcours scolaire puis universitaire...