Sélectionner une page

Foirer ses études, ça arrive. Mais pas sa culture G !

« Passe ton bac et après on verra ». Qui n’a pas déjà entendu cette petite musique parentale insistant sur le fait de réussir ces études ? Alors oui, réussir son parcours scolaire puis universitaire est un objectif majeur mais pas une fin en soi. Il y a plus important que les études, et c’est la culture générale !  C’est l’incontournable de nos sociétés et bien trop malmenée au profit du divertissement.

Une récente étude, baptisée «  les Français et la culture générale » pour la revue Elephant met en lumière un sentiment de déclin du niveau moyen de connaissance. Pour 50% des Français, leurs compatriotes ont moins de connaissances qu’il y a un demi-siècle. C’est une hausse de 17 points par rapport à 2012 et ce n’est pas rien. 34 % estiment, contre 49% il y a une décennie, que nous en savons plus que les générations précédentes. Et pour en rajouter une couche, 61% des moins de 25 ans déclarent avoir déjà éprouvé de la honte par manque de culture générale.
 Et les autres chiffres ne valent pas mieux (voir en bas de page). 

Et c’est là que le bât blesse ! 

Une perte générale de nos connaissances hors études est un signal faible du délitement d’une société. On doit intégrer dans le processus de développement de chaque individu la culture comme un ensemble des acquis par lesquels, à titre individuel, collectif, ou même universel peut vivre au-delà de sa nature biologique voire communautaire. La culture générale augmente l’individu et le rend plus amène de comprendre l’autre et l’évolution de notre civilisation. Et encore plus dans une ère de profonds bouleversements environnementaux et civilisationnels.

Mais revenons à l’étude qui conclut que la culture générale reste une valeur essentielle pour les Français mais dans une dimension personnelle plus qu’utilitariste. Plus encore qu’il y a 10 ans, elle est jugée importante pour bien élever ses enfants alors que son intérêt pour des raisons professionnelles est perçu comme moindre. C’est une erreur…

Il faut faire de la culture G une raison d’être et d’état qui accompagne autant l’éducation de l’enfant que le développement personnel et professionnel de l’adulte. Alors peut-être qu’un jour les « platistes », ceux qui pensent que la Terre est plate, ne seront plus qu’un mauvais souvenir. 

Gaël Clouzard

 

Vous pourriez aimer

Vivons-nous vraiment une “crise climatique” ?

Vivons-nous vraiment une “crise climatique” ?

linkedintwitterVivons-nous vraiment une “crise climatique” ?La Une du quotidien Le Monde du 4 janvier 2023 interpelle : « La crise climatique s’impose d’emblée en 2023 ».  La lecture de ce titre fait forcément réagir chez goodd car il met en évidence les effets du...